La promesse pour aujourd’hui

Une promesse pour aujourd’hui : 19 septembre 2015. Toulon

Par Olivier Laurent, sm.

Hier, à l’aube de temps nouveaux, après la Révolution française et les ébranlements culturels, économiques, sociaux et religieux qu’elle avait engendré ;
Et alors que l’Église avait perdu sa position sociale et son influence sur la vie et la pensée de la société, un groupe de séminaristes généreux et enthousiastes a eu l’intime conviction qu’il fallait «  recommencer l’Église autrement » en considérant « les grands besoins des peuples ». Il ne fallait rechercher aucune position de prestige mais vivre simplement l’Évangile à la manière de Marie en partageant la vie ordinaire des gens et en se mettant à leur écoute.
Le 23 juillet 1816, ils sont douze jeunes prêtres et séminaristes qui montent en pèlerinage à Notre Dame de Fourvière et ils s’engagent par une promesse à fonder la Société des Maristes pour travailler de toutes leurs forces au renouveau de l’Église en se mettant sous l’étendard de Marie et en portant son Nom.
Pour répondre à cette mission, il y aura plusieurs branches qui composeront la famille mariste et la branche des laïcs sera la plus nombreuse et pourra se développer dans le monde entier.
Le mois dernier près de Madrid en Espagne, accompagnés de quelques pères et sœurs maristes, plus de 100 laïcs venus de tous les continents et notamment de 8 Pays d’Europe, se sont retrouvés pour réfléchir ensemble à leur mission dans le monde et l’Église d’aujourd’hui. Ensemble, ils ont scruté les signes des temps à la Lumière des enseignements du Pape François dans la joie de l’Évangile et Laudato si et à celle de la tradition mariste pour s’encourager dans leur mission et avancer ensemble avec Marie en chemin.
Ils sont convaincus que l’Évangile et la manière de le vivre comme Marie sont les sources vives de leur vie spirituelle et de leur engagement pour la justice et la paix. Et qu’ils ont à offrir aux hommes et aux femmes de notre temps des raisons de vivre et d’espérer sans fuir les dures réalités du temps présent.
Ensemble, ils ont dessiné le profil du Mariste Laïc missionnaire, ce qu’il doit être et vivre, son engagement, sa manière de servir pour que la joie de l’Évangile rayonne dans la famille humaine.
Voici quelques traits de ce profil :
C’est une personne simple, qui vit dans une sobriété heureuse.
Qui sait écouter la musique intérieure, celle du cœur.
Elle est en paix avec elle-même et avec les autres.
Elle vit, sans se prendre au sérieux, dans la louange et l’action de grâce.
Elle est joyeuse, le sourire aux lèvres.
Elle essaie de comprendre les choses essentielles de la vie,
En se mettant à l’écoute de la Parole de Dieu.
Elle choisit de vivre l’Évangile des Béatitudes et du Magnificat.
Elle est sereine et positive car elle a confiance dans la vie.
Elle a le goût de l’avenir.
Elle accepte de se compromettre, de prendre des risques,
De croire à l’impossible.
Elle ne se décourage pas et se relève après les épreuves.
Les yeux ouverts, elle se laisse conduire par l’Esprit vers l’inconnu.
Aujourd’hui, nous aussi, Maristes dans le Var, nous sommes invités à la suite de Marie, à sortir, à reprendre la route, à nous ouvrir à l’inespéré sous la conduite de l’Esprit.
Où en sommes-nous dans notre marche ? Comment nous encourager et nous soutenir mutuellement. Parfois la morosité ambiante, les fatigues de l’âge, la sécularisation avancée de la société, l’individualisme nous découragent et peuvent nous laisser sans forces.
Et pourtant ! Ouvrons les yeux et notre cœur ! Tout n’est pas fini… tout commence. Restons en éveil. Il y a des communautés et des lieux d’espérance.
Je n’en citerai que quelques exemples parmi bien d’autres :
La collaboration entre les équipes d’aumônerie des établissements scolaires maristes engagées dans l’annonce de l’Évangile aux jeunes et aux adultes et l’existence dans ceux-ci de l’association «  Maristes en Éducation » pour garder vivante et créative la tradition éducative mariste.
Les groupes Regard et les équipes du Mas qui persévèrent et se renouvellent.
La fraternité mariste qui ne peut plus se réunir mais dont les membres restent en lien.
Un nouveau projet missionnaire au Centre Spirituel Mariste qui dès cette rentrée va être pris en charge par une équipe de laïcs et de religieux, tout en étant relié à d’autres lieux maristes en Europe et dans le monde appelés à s’engager dans une mission au plus près des plus loin, de celles et ceux qui ont quitté l’Église ou qui n’y sont jamais entrés.
Enfin nous pourrions évoquer celles et ceux qui vivent des engagements dans la diaconie avec les pauvres, les exclus, les demandeurs d’emploi, les étrangers, le dialogue et la convivialité avec les musulmans, nombreux dans notre ville.
Oui ensemble nous avançons.
Oui ensemble à notre tour nous faisons notre montée à Fourvière.
Oui ensemble nous voulons porter le Nom de Marie
Pour être témoins à sa manière de l’Évangile de la joie
Dans la famille humaine et dans notre Église.